sondage placements suisse 2021
Actualités bancaires

Comment les Suisses placent-ils leur argent durant la crise du coronavirus?

24 mars 2021 - Benjamin Manz

Le service comparatif en ligne indépendant moneyland.ch a analysé le comportement de la population suisse en matière de placements dans le cadre d’un sondage représentatif. Résultat: durant la crise du coronavirus, les Suissesses et les Suisses ont continué d’investir prudemment malgré l’envol des bourses.

Le service comparatif en ligne indépendant moneyland.ch a interrogé en janvier de cette année 1500 personnes en Suisse dans le cadre d’une enquête représentative en ligne, en leur demandant combien d’argent elles investissaient en Suisse et sous quelle forme.

Résultat: «La population suisse reste fidèle à elle-même. Durant la crise du coronavirus, elle a continué d’investir de manière prudente, en dépit de l’environnement de taux négatifs et du boom des marchés actions», observe Benjamin Manz, le directeur de moneyland.ch.

Ainsi, le cash reste la forme de placement la plus populaire auprès des investisseuses et investisseurs suisses. En comparaison du sondage effectué un an plus tôt avant l’éclatement de la crise du coronavirus, la part des actions n’a pratiquement pas augmenté: désormais, 27% des personnes interrogées indiquent avoir investi dans des actions. La population suisse continue de se montrer plutôt réticente s’agissant d’investissements risqués tels que le Bitcoin. Et près d’un cinquième de la population possède de l’or.

En matière de placements, les hommes sont significativement plus enclins au risque que les femmes. Cela vaut aussi pour la catégorie d’âge la plus jeune interrogée, comprenant les personnes âgées entre 18 et 25 ans, qui sont nettement plus disposées à investir dans des placements risqués que celles appartenant aux générations plus âgées.

Les Alémaniques ont un plus grand appétit pour le risque que les Romands: en Suisse alémanique, les classes d’actifs telles que les actions, l’or, le Bitcoin et les produits structurés sont nettement plus populaires. En outre, les Romands gardent moins souvent de l’argent liquide à la maison que les Alémaniques.

Les types de placement les plus appréciés en Suisse

moneyland.ch a demandé aux personnes interrogées en Suisse combien d’argent elles avaient investi parmi 26 formes de placement différentes. Les sondés pouvaient choisir parmi des réponses réparties sur une échelle allant de 1 (pas du tout) à 10 (toute la fortune).

Lorsque l’on demande aux sondés comment ils ont investi leur argent, indépendamment du montant placé, on obtient les résultats suivants: les Suissesses et les Suisses déposent le plus souvent de l’argent sur un compte privé – en effet, 86% des personnes sondées ont placé de l’argent (avec des montants différents) sur un compte privé. Viennent ensuite l’argent placé sur un compte d’épargne (80%), l’argent liquide gardé à domicile (67%), l’argent investi auprès d’une caisse de pension (59%), l’argent placé dans un compte d’épargne 3a (50%), dans un fonds de prévoyance 3a (48%), dans des assurances vie (33%), dans l’immobilier (30%) et dans les actions (27%).

Lorsque l’on demande aux sondés s’ils ont investi une importante somme d’argent (réponse 7 à 10), le classement se présente comme suit: 28% de la population indique avoir déjà investi beaucoup argent sur un compte d’épargne, suivi par le compte privé (26%), la caisse de pension (17%), le compte d’épargne 3a et le fonds de prévoyance 3a (13% chacun), l’immobilier (12%), les assurances vie (9%) et les actions (6%).

Vous trouverez ici une vue d’ensemble de la popularité dont bénéficient différentes classes d’actifs.

Le cash reste la catégorie de placement numéro un en Suisse

«En matière de paiements, l’argent liquide a déjà été détrôné en Suisse également. En matière de placements, la devise «Cash is King» reste valable», constate Benjamin Manz.

Ainsi, 80% des sondés ont de l’argent sur un compte d’épargne. 28% y ont déposé une grande somme, 32% un montant moyen et 20% un petit montant. Bien que le compte privé n’ait pas été conçu dans un but d’épargne, les proportions sont similaires: 26% des sondés y ont déposé une grande somme, 35% un montant moyen et 24% un petit montant.

Garder de l’argent liquide à domicile demeure également populaire: 45% des personnes interrogées gardent un petit montant d’argent liquide chez eux, 17% ont un montant moyen et pas moins de 5% des sondés gardent même une grande somme d’argent chez eux. Déposer de l’argent liquide dans un coffre bancaire est un peu moins répandu: 8% des sondés détiennent un petit montant sous cette forme, 6% un montant moyen tandis que 4% des sondés ont entassé une grande somme dans un coffre de banque.

L’argent auprès des institutions de prévoyance

14% des sondés indiquent avoir peu d’argent auprès de leur caisse de pension, 28% y détiennent une somme moyenne et 17% un montant important. S’agissant des assurances vie, 10% des sondés y ont investi un petit montant, 14% un montant moyen et 9% une somme importante.

Dans le domaine du pilier 3a, les comptes d’épargne 3a et les fonds de prévoyance ont pratiquement la même importance: 14% des sondés ont placé un petit montant, 23% ont investi une somme moyenne et 13% ont investi un montant important sur un compte d’épargne 3a. Par ailleurs, 11% des sondés ont placé un petit montant, 24% une somme moyenne et 13% un montant important sur un fonds de prévoyance.

Actions

27% des personnes interrogées indiquent avoir investi de l’argent dans des actions. 10% des sondés n’ont placé qu’un faible montant en actions, 11% ont investi une somme moyenne dans ces titres et 6% ont investi un montant important sous cette forme. Les actions étrangères sont un peu moins populaires auprès des sondés que les actions suisses.

En Suisse alémanique, les actions sont un véhicule d’investissement beaucoup plus prisé qu’en Suisse romande. Seuls 19% des sondés en Suisse romande indiquent posséder des actions tandis qu’ils sont 30% en Suisse alémanique à en détenir. L’écart entre la ville (28%) et la campagne (23%) est moins marqué.

La différence entre les genres est plus importante: seuls 19% des femmes interrogées indiquent investir en actions. Chez les hommes, cette part atteint 36%.

La mise en relation de la possession d’actions par rapport à la fortune des sondés est aussi révélatrice. Plus les personnes interrogées sont fortunées, plus elles tendent à investir une part importante de leur fortune en actions. Alors que seules 22% des personnes disposant d’une fortune comprise entre 20'000 et 50'000 francs indiquent détenir des actions, cette part atteint déjà 32% chez les sondés qui ont une fortune comprise entre 50'000 et 100'000 francs. Chez les millionnaires, cette proportion atteint même 74%.

Emprunts et obligations de caisse

12% de la population a déjà investi dans des obligations suisses ou étrangères. Un dixième de la population détient des obligations de caisse –il s’agit d’obligations émises par des banques suisses. Ainsi, les obligations, considérées dans leur ensemble, sont significativement moins populaires que les actions – ce qui est compréhensible compte tenu de l’environnement de taux d’intérêt bas actuel.

Fonds et ETF

6% des sondés ont investi une petite somme, 8% un montant moyen et 4% un montant important dans des fonds gérés de manière active.

Les ETF, des fonds gérés passivement et négociables en bourse, sont désormais presque aussi populaires: 6% des personnes interrogées ont investi un petit montant dans des ETF, 7% y ont placé un montant moyen et 4% une somme importante. Les fonds indiciels, non négociables en bourse, sont, eux, encore moins répandus.

Aussi bien s’agissant des actions que des fonds, on observe de grands écarts selon les genres: seules 13% des femmes ont investi dans des fonds gérés activement et 12% d’entre elles ont placé de l’argent dans des ETF. Chez les hommes, cette part atteint 22% pour les deux catégories.

Immobilier

30% de la population interrogée indique avoir investi dans l’immobilier. A la campagne, la part des gens qui ont placé de l’argent dans l’immobilier se situant à 36% est un peu plus élevée que dans les villes suisses où cette part est de 28%. Cette proportion est aussi un peu plus élevée en Suisse romande (35%) qu’en Suisse alémanique (28%).

Or et métaux précieux

10% des sondés indiquent avoir investi un petit montant dans l’or, 6% moyennement et 2% un grand montant. Près d’un cinquième de la population possède donc de l’or. Les placements dans d’autre métaux précieux, comme l’argent ou le platine, sont un peu moins répandus: 6% des sondés en détiennent un peu, 4% en possèdent moyennement tandis que seuls 2% y ont placé de grands montants. La tendance est claire: plus les investisseurs suisses sont riches, plus ils détiennent souvent de l’or.

L’art en tant que placement

6% des sondés ont placé un petit montant dans l’art, 4% un montant moyen et 2% une grande somme. Tout comme c’est le cas pour les actions et l’or, l’art, en tant que placement, gagne significativement en importance au fur et à mesure que la fortune augmente. Chez les millionnaires suisses, 26% d’entre eux ont déjà investi dans l’art.

Bitcoin et cryptomonnaies

5% des sondés indiquent détenir un peu de Bitcoin, alors que 8% d’entre eux y ont placé un montant moyen et 3% une grande somme. S’agissant des autres cryptomonnaies, 5% des personnes interrogées indiquent avoir investi un petit montant dans d’autres cryptodevises, 3% y ont placé une somme moyenne et 2% un grand montant.

Le Bitcoin est nettement plus populaire auprès des jeunes investisseuses et investisseurs que chez les personnes plus âgées. Seuls 5% des sondés âgés entre 50 à 74 ans détiennent du Bitcoin, tandis que cette proportion atteint 14% chez les 26 à 49 ans et qu’elle grimpe à 15% chez les 18 à 25 ans.

Les femmes n’ont que peu d’affinités avec le Bitcoin: seules 5% d’entre-elles détiennent du Bitcoin, tandis que cette part s’élève à 16% chez les hommes.

Divers investissements spéculatifs

11% des sondés indiquent avoir investi dans des produits structurés. S’agissant des CFD, cette part atteint 5%, tandis qu’elle se situe à 7% pour les placements en devises étrangères (Forex). Ces instruments sont avant tout appréciés par les traders en ligne. Spéculer avec des CFD et au moyen du Forex est le plus répandu chez les personnes les plus jeunes âgées entre 18 et 25 ans: 11% des sondés indiquent investir via des CFD tandis que 13% le font via le négoce de Forex.

Le prêt participatif («crowdlending») est une classe d’actifs qui est encore peu répandue. Avec celle-ci, les investisseuses et investisseurs agissent en tant que créancier et prêtent de l’argent à des personnes privées et à des sociétés en l’échange du versement d’un intérêt. Seuls 6% des sondés indiquent avoir investi de l’argent dans des placements de crowdlending.

Informations supplémentaires:
Placements prévoyance en Suisse: comparatifs et calculateurs
Comparer maintenant les plateformes de trading
Comparer maintenant les mandats de gestion de fortune

Comparaison des courtiers de trading en ligne

Trouvez maintenant le courtier en ligne le moins cher

Comparer maintenant
Plateformes de trading

Courtiers avec des frais bas

Courtier en ligne

Saxo Banque Suisse

  • Banque en ligne suisse

  • Prix avantageux

  • Taux d'intérêt élevés sur les comptes

Courtier en ligne

Cornèrtrader

  • Offre numérique

  • Pas de frais de garde pour les actions

  • Recherche et signaux de trading gratuits

Comparaison des gestionnaires de fortune

Trouvez maintenant la gestion de fortune la plus avantageuse

Comparez maintenant
Expert Benjamin Manz
Benjamin Manz est le directeur de moneyland.ch et il est expert indépendant des domaines bancaires et financiers.