carte de credit utilisation suisse

Utilisation de la carte de crédit en 2017

Selon une récente enquête de moneyland.ch, l’argent liquide est incontestablement le roi parmi les moyens de paiement, suivi des cartes de crédit et des cartes de débit. Les modes de paiement par téléphone mobile ne sont actuellement que peu demandés en Suisse.

Sur mandat de moneyland.ch, l’institut d’études de marché GfK Suisse a effectué en Suisse alémanique et en Suisse romande une enquête représentative portant sur le comportement de paiement.

Conclusion: en Suisse, l’argent liquide reste le moyen de paiement le plus populaire, suivi des cartes de crédit et cartes de débit. Les paiements mobiles via Twint et Apple Pay ont été battus à plate couture. Une grande majorité de la population suisse peut facilement se passer de paiements mobiles.

Toutefois, 85% des Suisses ne peuvent pas imaginer la vie quotidienne sans argent liquide. Quant aux cartes de crédit, 75% des sondés déclarent ne pas vouloir renoncer à la carte Maestro, 60% à la carte V-Pay et 39% à la PostFinance Card. ​​Pour Twint et Apple Pay​,​ ​cette valeur n'est que de 8%​, et 1% ​de la population ​consid​ère ces modes de paiement comme absolument indispensables​.​

Argent liquide top, Twint flop

Pour les consommateurs suisses, Apple Pay n’a «pas d’importance», de même que Twint. Par contre, derrière Apple Pay il y a une des multinationales les plus riches au monde, qui peut se permettre de prendre tout le temps nécessaire pour développer son propre moyen de paiement. Ce qui n’est pas le cas de Twint, l’app de paiement lancée par les banques suisses, qui a besoin d’engranger des succès.

Cartes de crédit presque aussi populaires que l’argent liquide

L’enquête confirme que la Suisse est un pays du cash. Même si les cartes de crédit jouissent, elles aussi, d’une grande popularité. Malgré un taux de pénétration des smartphones élevé, le paiement par téléphone mobile n’en est qu’à ses débuts. «Par rapport aux paiements par carte sans contact, les paiements mobiles offrent encore trop peu d’avantages», déclare Benjamin Manz, directeur général de moneyland.ch. Bien souvent le paiement par carte de crédit est encore plus rapide que celui par téléphone mobile.

Paiements mobiles: plus importants pour les Romands et les hommes

Fait intéressant, la population en Suisse romande est bien plus ouverte aux paiements mobiles que celle en Suisse alémanique. De plus, les Romands sont plus disposés à renoncer au mode de paiement cash. Par ailleurs, les femmes suisses sont plus attachées à l’argent liquide et font peu de cas des paiements mobiles.

Une tendance similaire se note également quand on compare les villes et les campagnes: les citadins se montrent plus ouverts par rapport aux nouveaux moyens de paiement que la population rurale. Et finalement, l’âge est également un facteur qui joue un rôle dans l’évaluation des moyens de paiement: les jeunes consommateurs âgés de 19 à 25 ans sont les plus ouverts aux paiements mobiles. Pour les consommateurs âgés de 50 à 74 ans, les différents modes de paiement mobile sont pratiquement insignifiants, l’argent liquide occupant une place d’autant plus importante.

Utilisation de cartes de crédit et de cartes prépayées

Seuls 7% des sondés indiquent ne pas avoir de carte de crédit. 50% des Suisses ne possèdent qu’une seule carte de crédit, 30% en possèdent deux, 9% en possèdent trois, et 4% ont quatre ou plus de cartes. Les cartes prépayées sont nettement moins répandues. 66 % de la population ne possèdent pas de carte prépayée, un quart en possède une seule, 6% en ont deux, et 3% ont trois ou plus de cartes prépayées. De manière générale, 5% des consommateurs utilisent les cartes de crédit et les cartes prépayées quotidiennement, 28% plusieurs fois par semaine, et 44% s’en servent plusieurs fois par mois, tandis que 22% ne l’utilisent que quelques fois par an.

Cartes de crédit - particulièrement appréciées pour les paiements sur Internet

Les cartes de crédit suisses sont très appréciées pour les achats sur Internet. 64% des sondés déclarent payer leurs achats sur Internet toujours ou la plupart du temps avec la carte de crédit. Dans les magasins suisses, près de 8% payent  toujours avec la carte de crédit, 2% l’utilisent très souvent, 28% occasionnellement, 21% rarement, et 18% ne s’en servent jamais. En Suisse, la carte de crédit est moins utilisée dans les restaurants que dans les magasins.

L’utilisation de la carte de crédit à l’étranger

L’utilisation des cartes de crédit à l’étranger est proportionnellement plus élevée que sur le territoire national. 9% payent toujours avec la carte de crédit, 30% l’utilisent très souvent, 27% occasionnellement, 17% que rarement, et 17% ne s’en servent jamais. L’utilisation de la carte de crédit est cependant très fréquente pour le paiement des frais d’hôtels à l’étranger: 26% l’utilisent toujours, 31% très souvent, 17% souvent, 12% rarement, et 14% ne s’en servent jamais.

Retraits d'espèces avec la carte de crédit encore très répandus

En raison des frais élevés, les prélèvements d’espèces ne devraient jamais être effectués avec une carte de crédit mais uniquement avec une carte de débit. Et pourtant, un grand nombre de détenteurs de carte utilisent leur carte de crédit pour prélever de l’argent. En Suisse, 7% retirent toujours, 5% souvent, 9% occasionnellement, 18% rarement, et 61% jamais de l’argent avec la carte de crédit. A l’étranger, 5% retirent toujours, 7% souvent, 14% occasionnellement, 26% rarement, et 48% jamais de l’argent avec la carte de crédit.

Informations complémentaires:
Comparaison de cartes de crédit
Cartes de crédit: comparaison de la satisfaction des clients

Au sujet de moneyland.ch

moneyland.ch est le service comparatif suisse indépendant pour les banques, les assurances et les télécoms. Sur moneyland.ch, vous trouvez plus de 70 comparatifs et calculateurs neutres, des guides utiles et des actualités. Les outils de comparaison complets vous permettent de trouver les bons prestataires dans les domaines des assurances, des caisses maladie, des comptes bancaires, des cartes, des crédits, des hypothèques, de la bourse en ligne et des télécoms.