Cartes de crédit à l’étranger: dans quelle devise payer?

Faut-il payer à l’étranger avec la devise du pays ou avec celle de la carte? L’article de fond qui suit vous explique la conversion dynamique des devises (DCC ou Dynamic Currency Conversion).

Payer avec la carte de crédit à l’étranger peut coûter cher en raison des frais de conversion de devises. Selon les cartes de crédit suisses, les suppléments de devises étrangères peuvent être calculés de 0,9 à 2,5 pour cent plus les commissions de conversions de devises jusqu’à 3 pour cent. Les commissions de conversion de devises, c’est-à-dire la majoration vis-à-vis du taux de change interbancaire, varient selon le fournisseur de carte de crédit et peuvent changer chaque jour.

Le calcul ne se fait en règle générale pas en fonction du cours de la monnaie le jour même de la transaction (c’est-à-dire le jour où l’achat avec la carte de crédit a lieu à l’étranger), mais plutôt un des jours qui suit. Il est fortement déconseillé de retirer de l’argent en devises étrangères: dans ce cas, des frais importants de retrait d’argent en espèce ainsi que des frais de banque externes éventuels viennent s’y ajouter.

Achats à l’étranger en francs suisses

De plus en plus de magasins, d’hôtels et de restaurants (appelés merchants ou commerçants dans le jargon professionnel) offrent la possibilité de payer par carte Visa ou MasterCard directement en francs suisses.

Ceci est possible grâce au système appelé conversion dynamique des devises DCC (Dynamic Currency Conversion), qui est utilisé aussi bien aux stations de paiement des commerçants qu’aux bancomats et sur Internet. Les clientes et les clients ont le choix de payer dans la monnaie du pays ou alternativement dans la monnaie de la carte grâce à la procédure DCC.

Avantage de la procédure DCC: les clientes et les clients voient le montant de l’achat avec les frais automatiquement calculés dans la monnaie habituelle de la carte et non dans la monnaie du pays d’achat, qui n’est peut-être pas habituelle. Les Suissesses et les Suisses possédant une carte de crédit Visa ou MasterCard en francs suisses peuvent ainsi voir directement le prix d’achat final en francs suisses à la station de paiement compatible DCC.

Désavantage de la procédure DCC: avec la conversion dynamique des devises, des frais sont encourus, pouvant équivaloir à plus de 3 pour cent du prix d’achat. A cause de cela, un achat à l’étranger en francs suisses peut revenir plus cher que si l’on payait directement dans la monnaie du pays.

Dynamic Currency Conversion comme modèle commercial

Les taux de change de l’émetteur de la carte de crédit sont utilisés lors de paiements à l’étranger dans la monnaie du pays. C’est aussi l’émetteur (appelé également «Issuer», comme par exemple en Suisse Viseca, UBS, Swisscard AECS, Cembra Money Bank ou Cornèrcard), qui profite dans ce cas en premier lieu des frais de conversion de la monnaie étrangère.

Lors de paiements à l’étranger dans la monnaie de la carte, ce sont au contraire en premier lieu les commerçants ainsi que les soi-disants «Acquirer» (par exemple en Suisse Aduno et SIX Payment Services) et des entreprises comme Global Blue, Fexco, Monex ou Travelex qui profitent des frais de conversion de la monnaie étrangère.

Ainsi, les commerçants reçoivent des commissions lorsque les clientes et les clients paient chez eux par le processus de DCC dans la monnaie de la carte.

En résumé, il est dans l’intérêt de l’émetteur de la carte de crédit que les clientes et les clients paient à l’étranger dans la monnaie du pays, tandis que les acquéreurs et les commerçants ont intérêt à ce que les client(e)s paient par le biais de la procédure DCC.

Exemple: paiement d’une valeur de 1000 euros par carte de crédit en Allemagne

Grâce à un exemple concret, la différence entre les paiements par carte de crédit dans la monnaie du pays et dans la monnaie de la carte peut être clarifiée. Le taux de conversion de l’euro en franc suisse est de 1,10 (EUR / CHF) chez l’émetteur de la carte de crédit, et le taux de change interbancaire est, au même moment, de 1,09 (EUR / CHF).

Conversion par l’émetteur de carte de crédit
Montant en euros: 1000
Montant d’après le taux de change interbancaire en CHF: 1090
Après conversion par l’émetteur de carte de crédit en CHF: 1100
Total après supplément de conversion de 1,75% en CHF: 1119,25
Total des frais: CHF 1119,25 – CHF 1090 = CHF 29,25

Conversion dynamique des devises (DCC) par l’acquéreur
Montant en euro: 1000
Montant d’après le taux de change interbancaire en CHF: 1090
Après conversion par l’acquéreur (surtaxe de 3,5%): CHF 1128,15
Total des frais: CHF 1128,15 – CHF 1090 = CHF 38,15
Le commerçant reçoit (ristourne): CHF 5,45
L’acquéreur (et autres entreprises): CHF 32,70

Directives de Visa et de MasterCard

Afin que le paiement par conversion dynamique des devises (DCC) se déroule sans heurts, Visa et MasterCard ont établi des directives au niveau mondial à l’attention des acquéreurs et les commerçants, même s’il est difficile de contrôler leur conformité. Cela implique que tous les commerçants informent les clients de façon transparente sur la conversion et les frais exacts encourus et qu’ils laissent le choix au client de payer dans une autre monnaie que celle de la carte. Les clients peuvent donc insister pour payer dans la monnaie du pays – même si le commerçant, influencé par les ristournes, souhaiterait le contraire.

Monnaie du pays ou monnaie de la carte?

En principe, un paiement par conversion dynamique des devises dans la monnaie de la carte peut être plus ou moins cher qu’un paiement dans la monnaie du pays en fonction de la hauteur des frais de carte de crédit et des frais des acquéreurs ainsi qu’en fonction des monnaies et des taux de change.

Dans l’idéal, l’acheteur devrait alors comparer sur le lieu du paiement les frais annoncés par l’acquéreur avec tous les frais de cartes de crédit de l’émetteur et se décider seulement ensuite – ce  qui n’est que difficilement praticable, ne serait-ce qu’en raison des changements quotidiens des taux de change et de la différence par rapport à celui du jour de la facturation.

Quand les frais des cartes de crédit de l’émetteur sont fixés bas, il y a toutefois de fortes chances pour que la facture soit moins chère dans la monnaie du pays. Celui qui ne veut pas avoir de désagréable surprise devrait en premier lieu choisir une carte bon marché pour une utilisation à l’étranger et payer dans la monnaie du pays.

Il est nécessaire de faire attention aux cartes qui demandent un supplément lors des paiements à l’étranger, et cela même en francs suisses. Il s’agit de cartes de crédit dites «gratuites» comme la Migros Cumulus-MasterCard de Cembra Money Bank ou la Coop Supercardplus MasterCard / Visa de Swisscard AECS, qui, dans ce cas, demande un supplément de 1,5%. La Visa Bonus Card réclame même 2%. Avec de telles cartes, il ne faut généralement jamais payer de façon dynamique par DCC.

Conseils pour les utilisateurs fréquents à l’étranger

Lors d’achats fréquents dans une monnaie étrangère, il vaut la peine de choisir une carte de crédit ou une carte prépayée adaptée à la monnaie étrangère souhaitée – par exemple une carte qui facture en euros ou en dollars US (paramétrable sur moneyland.ch sous critères de filtre sur la page des résultats des cartes de crédit). Les paiements peuvent ainsi être réglés directement dans la monnaie du pays, sans que des frais de conversion soient appliqués.

Votre rédaction Moneyland

Pour plus d'informations:
Comparatif de cartes de crédit

Au sujet du magazine Moneyland

Le magazine de moneyland.ch vous informe de manière compétente et indépendante à propos de multiples sujets en lien avec la finance et l’argent. En plus des nombreux articles de fonds et interviews avec des experts, vous trouvez aussi de nombreux guides pratiques sur l’argent.

  • Radio 24
  • Radio 1
  • Tages-Anzeiger
  • Cash
  • SRF
  • NZZ
  • Handelszeitung
  • 20 Minutes
  • Bilanz
  • Finews