CFD

Le sigle CFD correspond à la notion de «contract for difference», contrat sur la différence en français. Il s’agit d’un produit financier du groupe des total return swaps. Les swaps sont eux-mêmes catégorisés dans les produits dérivés.

Le négoce des «contracts for difference» est appelé dans le jargon financier CFD trading. On ne négocie pas un titre de base (également appelé underlying) en lui-même. Il s’agit plutôt de spéculer sur le développement de cette valeur. Dans le cas d’actions CFD qui ont pour titre de base des actions, on ne négocie pas les actions directement mais on définit seulement un développement choisi du cours de l’action concernée.

Parallèlement aux actions comme titre de base, toute une série de valeurs peuvent être négociées par CFD en fonction des courtiers, comprenant les obligations, les devises, les matières premières, les métaux précieux et les contrats à terme. Même les indices tel que celui des actions suisses SMI peuvent être définis avec les CFD.

Les CFD peuvent être comparés à des paris au cours desquels le développement d’un cours souhaité est spéculé. On peut ainsi parier non seulement sur des cours à la hausse, mais aussi à la baisse. Si un investisseur s’efforce d’effectuer un profit sur un cours à la hausse, il s’agit de long trading. En cas de short trading, ce sont au contraire les cours en baisse qui amènent un gain.

Le négoce avec des contrats sur différence peut être déclaré supportable, comprenant cependant également des risques élevés. Une des raisons en est l’effet de levier des contrats sur différence. Le levier décrit un marqueur important du négoce des dérivés et indique la hauteur des chances de gain ou de perte.

Clarifions l’effet de levier par un exemple: le cours d’une action baisse de 3 pour cent en un jour. Si un investisseur a placé son argent dans un long-CFD avec un levier de 15, la perte est de 45 pour cent plus importante. Un investisseur ayant un short-CFD sur ces mêmes actions profite d’un gain tout aussi important.

Lors d’un achat de CFD, l’investisseur ne doit pas investir la totalité de la somme des titres de base mais seulement une partie – ce qu’on appelle le dépôt initial ou la marge. Le dépôt initial est habituellement entre un cinquième (levier de 5) et un centième (levier de 100) du titre de base. Lors de la vente de contrats sur différence, les titres de base ne sont pas achetés; seule la «différence» convenue est payée ou remboursée.

Les CFD n’ont pas de durée préétablie et de date limite ou de taille (contrairement aux contrats à terme). Les CFD sont ainsi uniquement dépendants de l’évolution des cours et des coûts du produit, ce qui garantit une structure de produit plutôt simple.

Cependant, les CFD ne sont souvent gardés que pendant quelques heures, un jour ou quelques jours. Des stratégies sur le long terme sont aussi possibles mais ne sont que rarement mises en pratique. D’une part, les cours peuvent changer dramatiquement au cours d’une nuit. D’autre part, le maintien de la position de levier engendre des coûts financiers pendant la nuit.

Contrairement à d’autres dérivés, les CFD ne sont pas négociés en bourse et sont à peine régulés. Ils sont essentiellement disponibles par le négoce OTC (over the counter).

Les contrats sur différence appartiennent aux instruments de placement les plus risqués. Les chances de gain sont exceptionnellement élevées mais l’investisseur peut, lors du négoce de CFD, perdre non seulement sa mise de départ mais aussi dans certains cas souffrir de préjudices financiers supplémentaires. Cela vient du fait qu’une obligation de financement supplémentaire est valable: dans le pire des cas, l’investisseur d’un CFD doit injecter de l’argent supplémentaire (contrairement par exemple à un CFD d’un certificat de levier).

Pour cette raison, le négoce de CFD n’est pas adapté aux débutants. Aux États-Unis, le négoce de CFD est d’ailleurs interdit. Les contrats sur différence sont très populaires en Grande-Bretagne, où 25% du volume de la bourse est réalisé par des CFD selon les estimations. En Suisse, les CFD sont au contraire peu développés.

Pour plus d'informations:
Trading: comparatif suisse
CFD trading en Suisse
Calculateur CFD: Pertes et profits
Calculateur CFD: Stop loss et take profit

Au sujet de moneyland.ch

moneyland.ch est le service comparatif suisse indépendant pour les banques, les assurances et les télécoms. Sur moneyland.ch, vous trouvez plus de 70 comparatifs et calculateurs neutres, des guides utiles et des actualités. Les outils de comparaison complets vous permettent de trouver les bons prestataires dans les domaines des assurances, des caisses maladie, des comptes bancaires, des cartes, des crédits, des hypothèques, de la bourse en ligne et des télécoms.