fonds durables actions suisse etude 2021
Actualités bancaires

Ce que contiennent vraiment les fonds en actions durables suisses

26 août 2021 - Raphael Knecht

Les banques suisses cherchent à séduire les clients en leur proposant des produits d’investissement durables. Comment les fonds en actions présentés comme durables se différencient-ils toutefois des produits traditionnels? La différence est faible, comme le montre le comparatif suivant de moneyland.ch.

Beaucoup d’investisseuses et d’investisseurs misent de nos jours sur les fonds de placement durables. Les personnes privées qui investissent cherchent aussi des possibilités de pouvoir placer leur argent de manière responsable en tenant compte de critères éthiques et écologiques. Les banques suisses ont depuis longtemps réagi à cette tendance et elles proposent un grand nombre de fonds qui sont présentés, selon leurs propres indications, comme durables.

Que contiennent toutefois ces fonds et comment se différencient-ils des produits traditionnels? moneyland.ch a analysé de plus près quelques fonds en actions qui se présentent comme durables.

Nestlé, Roche, Novartis

A première vue, les produits durables ne se distinguent presque pas des fonds traditionnels: les plus grandes positions sont de loin des entreprises suisses dont la pondération est également la plus importante au sein du Swiss Performance Index (SPI). Le SPI, constitué de plus de 200 titres, représente le marché suisse des actions. Généralement, vous retrouvez ainsi Nestlé, Roche et Novartis tout en haut parmi les plus importantes positions au sein des portefeuilles. Dans certaines cas, ces trois actions représentent ensemble plus de la moitié du fonds.

Prestataire Produit Top 3 En pourcent
Credit Suisse 130/30 Swiss Equity Fund B* Nestlé, Roche, Novartis 47.92%
Credit Suisse Swissac Equity Fund B* Nestlé, Roche, Novartis 47.11%
Credit Suisse CSIF Equity Switzerland Blue FB** Nestlé, Roche, Novartis 48.05%
Migros Bank Sustainable 85 B* Nestlé, Roche, Novartis 14.22%
Migros Bank 85 B Nestlé, Roche, Novartis 13.87%
Pictet Quest Swiss Sustainable Equities P* Nestlé, Roche, Novartis 53.88%
Pictet Swiss Equities P Nestlé, Roche, Novartis 41.90%
Raiffeisen Futura Swiss Stock A* Roche, ABB, Sika 27.70%
Raiffeisen Index SPI A** Nestlé, Roche, Novartis 45.00%
UBS Equity Switzerland Sustainable P* Nestlé, Roche, Novartis 46.07%
UBS Swiss Income P Nestlé, Roche, Novartis 27.78%
UBS Swiss High Dividend P Nestlé, Roche, Novartis 27.19%
ZKB Equity Sustainable Switzerland AA* Roche, Nestlé, Novartis 45.96%
ZKB Index Equity Switzerland Total (I) FA** Nestlé, Roche, Novartis 44.90%
SIX Swiss Performance Index (SPI) Nestlé, Roche, Novartis 45.00%

*Le fonds est durable, respectivement a été analysé selon les critères ESG, indique le prestataire
**Réplique un indice

A la lecture de ces chiffres, on pourrait même penser que Nestlé est l’action la plus durable du pays aux yeux des investisseurs suisses: le géant veveysan de l’alimentation constitue la position la plus importante dans la plupart de ces fonds – souvent, le titre de Nestlé est encore davantage pondéré dans les fonds durables que dans les produits traditionnels comparables. Seul Raiffeisen renonce entièrement à inclure les actions de Nestlé dans son portefeuille durable.

Les banques soulignent toutefois auprès de moneyland.ch qu’une pondération élevée ne signifie pas encore qu’il s’agisse d’une entreprise particulièrement durable. La véritable raison qui explique pourquoi certaines actions, comme celle de Nestlé, soit la plus fortement représentée dans presque tous les fonds en actions suisses vantés comme durables n’a en réalité presque rien à voir avec la durabilité. «Quelqu’un qui souhaite investir sur le marché suisse des actions n’échappe pas au fait de devoir détenir des actions Nestlé, Novartis et Roche», explique Markus Signer, Head of Intermediaries chez Pictet en réponse à moneyland.ch. Cela s’explique par le fait que ces trois titres constituent à eux seuls près de la moitié de la moitié de l’indice SPI.

Etant donné que les prestataires tentent de faire mieux que la performance du SPI, les plus grandes positions figurant dans le fonds doivent, selon les banques, être dans une certaine mesure similaires à celles du SPI. Sinon, il est vraisemblable que l’évolution des cours s’écarterait fortement de l’indice de référence, ce que l’on appelle le Benchmark. «Lorsqu’ils investissent dans des placements durables, nos clients attendent de pouvoir obtenir un rendement en ligne avec celui du marché. C’est pourquoi les titres des grandes capitalisations suisses doivent être pris en considération – du moment qu’ils ne font pas l’objet d’aucun critère d’exclusion et qu’ils satisfont aux exigences minimales de nos notations ESG», déclare Urs Aeberli de la Banque Migros à moneyland.ch.

Il est frappant de constater que Raiffeisen est le seul prestataire qui ait exclu l’action de Nestlé de son fonds durable. La raison évoquée se rapporte à des «controverses au sujet des processus de production», écrit la banque en réponse à une demande de moneyland.ch. De même, Novartis ne compte pas non plus parmi les plus grandes positions du fonds durable de Raiffeisen. Ici aussi, Raiffeisen évoque des controverses actuelles ainsi qu’une adaptation du modèle de notation parmi les raisons qui ont conduit à ce choix. Au lieu de cela, d’autres titres de sociétés du SPI, comme Roche et ABB, sont les plus fortement pondérés au sein du fonds de la banque. Cette exception prouve que les fonds en actions suisses vantés comme durables ne doivent pas automatiquement toujours contenir les plus grandes sociétés cotées du pays.

Entreprises controversées

Beaucoup de prestataires sont conscients du fait que la multinationale Nestlé apparaisse controversée auprès des investisseuses et investisseurs privés en termes de durabilité. A l’exception de Raiffeisen, les banques argumentent toutefois que cette entreprise, en dépit de quelques points critiques, présente dans l’ensemble un bilan positif en termes de durabilité. Beaucoup de banques se réfèrent aussi à l’indice de durabilité de MSCI au sein duquel Nestlé est évalué comme étant à la pointe grâce à sa note AA.

Investir dans des entreprises controversées peut aussi contribuer à apporter des améliorations, argumente en outre Fabio Pellizzari, responsable de la stratégie de durabilité des fonds de la Banque cantonale de Zurich (ZKB): «Nous discutons des thèmes controversés avec le conseil d’administration – et il nous prend au sérieux car nous comptons parmi les plus grands investisseurs chez beaucoup de sociétés suisses cotées dont l’actionnariat est largement dispersé.» L’espoir est aussi que de grandes entreprises comme Nestlé fassent des efforts en matière de durabilité car les détenteurs des fonds l’exigent. D’autres banques indiquent qu’en matière de produits d’investissement durables, elles pratiquenet un actionnariat actif, ou Active Ownership en anglais.

Tous les prestataires soulignent en outre que la composition des différents fonds est indiquée de manière transparente. Ils font référence aux nombreux documents que ces prestataires mettent à disposition sur leur site. Markus Signer de Pictet concède toutefois à ce sujet: «Les clients perçoivent les grandes entreprises comme étant plutôt problématiques en matière de durabilité – même si cela n’est pas toujours vrai – et ils ne sont pas toujours conscients de quelle manière ces groupes sont pondérés au sein des fonds.»

Les banques promettent de faire une sélection

Compte tenu des similarités entre les deux types de produits, la question se pose inévitablement: quelles sont les différences entre fonds durables et fonds traditionnels? Les banques soulignent qu’elles procèdent en matière de produits durables à une sélection détaillée sur la base des critères ESG («environnement, social et gouvernance»). En général, cela implique les conséquences suivantes:

  • Certaines entreprises sont exclues sur la base de critères concrets. La Banque Migros parle, par exemple, de «modèles d’affaires répréhensibles, tes que les armes controversées et l’extraction de charbon». De même, le cimentier LafargeHolcim, qui a une pondération élevée au sein du SPI, ainsi que les titres de compagnies aériennes ne figurent pas dans de nombreux produits durables.
  • Les entreprises considérées comme étant les meilleures de la classe (approche dite «Best in Class») en termes de durabilité dans une branche donnée sont sélectionnées, favorisés ou pondérées plus fortement au sein du fonds. Cela signifie aussi que des entreprises peuvent figurer dans le portefeuille dès lors qu’elles obtiennent une meilleure évaluation d’ensemble d’un point de vue ESG que la concurrence – et cela même si elles ne se mesurent pas si favorablement envers les sociétés les plus durables au monde en comparaison directe.

S’agissant de la pondération de différents facteurs, les prestataires ne sont pas unanimes entre eux. Ainsi, chez Pictet par exemple, la banque évalue actuellement Novartis de manière négative en raison des scandales de corruption survenus aux Etats-Unis – l’action est ainsi légèrement sous-pondérée en comparaison du SPI. Du côté de la ZKB, Novartis compte en revanche parmi les entreprises disposant des meilleures notations et le titre est plus fortement pondéré.

Opter pour des fonds spécialisés plutôt qu’investir sur le marché suisse

Quelqu’un qui ne souhaite pas investir sa fortune largement dans Nestlé, Roche et Novartis peut aussi trouver des fonds durables spécialisés chez beaucoup de banques. Avec ces produits, l’impact en termes de durabilité d’une entreprise est la plupart du temps plus fortement pondéré que chez les autres fonds utilisés pour la comparaison. Conséquence: vous investissez souvent dans des entreprises relativement plus petites (aussi appelées «small caps») et vous évitez de vous concentrer sur le seul marché suisse.

Les produits durables sont-ils rentables?

En ce qui concerne la rentabilité, les prestataires soulignent en général que l’investissement durable n’entraîne pas de réduction de la performance. Dans le comparatif, on n’observe pas une image homogène de la situation: certains fonds durables génèrent de meilleurs rendements que les produits traditionnels du même prestataire, d’autres non.

UBS propose par exemple un fonds en actions suisses présenté comme durable qui a généré au cours des cinq dernières années un rendement brut de 70,69%. C’est significativement davantage que le fonds Income (57,24%) et un peu plus que le fonds axé sur les dividendes (69,19%) proposés par le même établissement, des produits qui ne sont tous deux pas présentés comme étant particulièrement durables.

Prestataire Produit 5 ans TER
UBS Equity Switzerland Sustainable P* +70.69% 0.95%
UBS Swiss Income P +57.24% 1.50%
UBS Swiss High Dividend P +69.19% 1.50%
SIX Swiss Performance Index (SPI) +78.78% -

UBS, situation au 24.8.2021
*Le fonds est durable, respectivement a été analysé selon les critères ESG, indique le prestataire.

Chez Pictet, le produit durable est plutôt mal placé: le fonds en actions de la banque a généré en cinq ans un rendement de seulement 58,85%. Son équivalent en tant que fonds traditionnel a, lui, généré une performance de 92,19%.

Prestataire Produit 5 ans TER
Pictet Quest Swiss Sustainable Equities P* +58.85% 0.99%
Pictet Swiss Equities P +92.19% 1.17%
SIX Swiss Performance Index (SPI) +76.46% -

Source: Pictet, situation au 30.7.2021
*Le fonds est durable, respectivement a été analysé selon les critères ESG, indique le prestataire.

En matière de performance, la prise en compte des aspects liés à la durabilité ne semble pas constituer le facteur le plus décisif – du moins pas s’agissant des fonds en actions suisses qui ont de toute façon une composition très semblable, qu’ils soient durables ou non.

La banque ne parvient pas à battre l’indice

Si l’on compare toutefois les produits durables avec le SPI, qui sert aussi d’indice de référence pour beaucoup de fonds en actions suisses, un aspect ressort surtout: les gérantes et gérants de fonds ne parviennent que rarement à battre cet indice. Parmi les différents produits durables qui ont été comparés, aucun d’entre eux n’est parvenu à générer un rendement supérieur à celui du SPI.

Cela signifie donc: si vous optez pour un produit géré activement, vous risquez non seulement de subir des pertes de rendement mais vous devrez en outre aussi supporter des coûts plus élevés. Comme alternative, vous pouvez investir dans des ETF durables. S’agissant des actions suisses, il n’existe pas encore un grand choix de ces produits passifs.

Conclusion

«Presque chaque action suisse est, aux yeux du monde financier, suffisamment durable pour pouvoir figurer dans un fonds durable», conclut Raphael Knecht, analyste chez moneyland.ch. «A l’exception de quelques titres exclus, les produits durables ne se différencient des fonds traditionnels que du point de vue de leur pondération», estime-t-il.

Il devrait dès lors être facile également d’adapter des produits d’investissement suisses traditionnels pour les transformer en produits durables. Beaucoup de banques, parmi lesquelles figurent Credit Suisse et Raiffeisen, se sont données pour objectif d’évaluer à l’avenir l’ensemble de leurs produits d’investissement à l’aune des critères ESG. «Etant donné qu’il n’y a actuellement déjà que de petites différences entre les fonds durables suisses et ceux qui sont gérés de manière traditionnelle, il devrait en résulter que toute une série de produits d’investissement traditionnels puissent être rebaptisés en fonds durables, sans que cela ne change grand-chose à leur composition», suppose Raphael Knecht.

Les clientes et les clients qui considèrent certains poids lourds du SPI de manière plus critique que le secteur financier devraient être attentifs lors du choix de fonds durables à leur composition – même si des entreprises controversées ne sont que rarement effectivement exclues de ceux-ci. «Selon vos besoins, il ne vous reste plus d’autre solution que de placer votre argent avec des fonds qui investissent dans des firmes étrangères ou alors de constituer vous-même un portefeuille d’actions», déclare Raphael Knecht.

La composition de nombreux fonds est dictée en termes de rendement par l’indice de référence. «Quelqu’un qui préfère se concentrer sur d’autres entreprises, qui sont peut-être davantage durables, doit ainsi s’attendre à ce que le rendement obtenu varie fortement de celui réalisé par le marché dans son ensemble – et qu’il soit éventuellement inférieur», met en perspective Raphael Knecht.

Informations supplémentaires:
Fonds durables: ce à quoi vous devez être attentifs
Comparer maintenant le trading en ligne
Les stratégies de placement que vous devriez connaître

Comparaison des courtiers de trading en ligne

Trouvez maintenant le courtier en ligne le moins cher

Comparer maintenant
Plateformes de trading

Courtiers avec des frais bas

Courtier en ligne

Saxo Banque Suisse

  • Banque en ligne suisse

  • Prix avantageux

  • Taux d'intérêt élevés sur les comptes

Courtier en ligne

Cornèrtrader

  • Offre numérique

  • Pas de frais de garde pour les actions

  • Recherche et signaux de trading gratuits

Comparaison des gestionnaires de fortune

Trouvez maintenant la gestion de fortune la plus avantageuse

Comparez maintenant
Rédacteur Raphael Knecht
Raphael Knecht était analyste et rédacteur spécialisé chez moneyland.ch. Depuis, il soutient occasionnellement la rédaction en tant que freelance.