milliardaires suisses et leurs secrets

Les milliardaires suisses et leurs neuf secrets

Avez-vous déjà voulu savoir comment l’on devient milliardaire? L’article suivant de moneyland.ch passe en revue les caractéristiques communes des habitants les plus riches de Suisse et vous aide à évaluer vos propres chances.

La Suisse compte plus de 30 milliardaires et se place ainsi au onzième rang mondial, après des Etats beaucoup plus grands comme la Chine, les Etats-Unis, la Russie et l’Inde.

Dans la partie qui suit, moneyland.ch a réuni neuf points communs partagés par les milliardaires établis dans notre pays.

1. Ce sont des hommes

Qu’ils soient du cru ou qu’ils se soient installés dans notre pays – la grande majorité des habitants les plus fortunés de Suisse sont de sexe masculin, comme le montre le classement des plus riches du magazine économique Bilanz. En effet, seules cinq femmes apparaissent dans le classement exclusif des 50 habitants les plus riches de Suisse. A relever encore que plusieurs femmes ont accédé à ce rang en tant que membre d’une famille. Parmi les plus connues d’entre-elles figure notamment l’héritière de Heineken, Charlene de Carvalo-Heineken. Traudl Engelhorn de BASF, Heidi Horton, Bettina Würth ou encore Marina Picasso, l’héritière de Picasso, comptent aussi parmi les femmes les plus aisées dans notre pays.

2. Ils ont immigré en Suisse

Les rabais fiscaux accordés aux nouveaux-venus fortunés ont une longue tradition en Suisse. Dès lors, il n’est pas étonnant que beaucoup des milliardaires établis dans notre pays ne soient pas originaires de Suisse. Un tiers seulement des 50 habitants les plus riches de Suisse ne sont pas issus de l’immigration. Les deux tiers restants proviennent d’Allemagne, de France, d’Italie et du Royaume-Uni. S’y ajoutent aussi quelques riches Russes, Suédois, Belges et Néerlandais qui ont fait de la Suisse leur nouvelle patrie. Beaucoup d’entre eux ont aussi adopté la nationalité helvétique. Autre constat intéressant: quatre des milliardaires les plus riches de Suisse sont venus d’Afrique, à savoir Alan Parker (Rhodésie), Ivan Glasenberg et Johann Rupert (Afrique du Sud) ainsi que Patrick Drahi (Maroc).

3. Ils sont nés riches

Environ les deux tiers des milliardaires suisses ont hérité tout ou une partie de leur fortune. A cet égard, le cliché qui veut que la Suisse soit un pays de cocagne pour les héritières et héritiers fortunés n’est pas tout à fait faux. Ici, les descendants de riches familles peuvent se débarrasser de l’argent de leurs ancêtres en le dépensant pour des montres chères, des vacances de ski tranquilles ou de l’immobilier de luxe. Néanmoins, un tiers des Suisses les plus riches sont issus de la classe moyenne et ont gagné eux-mêmes leur fortune.

4. Ils sont blancs

La Suisse est un pays certes très globalisé. Il n’est toutefois pas réputé pour attirer beaucoup de milliardaires non européens. Ainsi, seul un milliardaire figurant dans le Top 50 des plus riches de Suisse n’est pas «blanc». Peut-être que les milliardaires provenant de contrées plus éloignées se sentent davantage à l’aise dans des paradis fiscaux situés sous les tropiques, comme Singapour, Hongkong, l’Île Maurice, les Seychelles, les Bahamas ou les Îles Caïmans.

5. Ils ont apparemment de bons yeux

Bien sûr, il y a un certain nombre de milliardaires qui correspondent au stéréotype du vieillard étudiant l’évolution du cours des actions en bourse derrière ses grosses lunettes. Toutefois, pas moins de 40 milliardaires figurant dans le Top 50 des plus riches de Suisse semblent avoir une bonne vue. Dans tous les cas, seuls dix d’entre eux portent régulièrement des lunettes - ou trouvent attrayant d’en porter.

6. Ils habitent Genève

Si vous pensiez que la plupart des milliardaires profitent du soleil de la côte dorée zurichoise ou qu’ils se cachent dans les paradis fiscaux de Zoug ou de Schwyz, une surprise vous attend: douze des 50 résidants les plus riches de notre pays ont établi leur domicile dans le canton de Genève, selon le magazine économique suisse Bilanz. En réunissant presque le quart des plus riches habitants du pays, le canton situé le plus à l’ouest de la Suisse devance nettement ceux de Schwyz (7 milliardaires dans le Top 50 des plus riches), de Vaud (6) et de Berne (5).

7. Ils ont plus d’enfants que la moyenne

Le point commun le plus fréquent partagé par les milliardaires suisses est d’avoir beaucoup d’enfants. Tous n’ont certes pas une famille aussi importante que celle de Theo Müller (neuf enfants), de Charlene de Carvalho-Heineken ou de Curt Engelhorn (cinq enfants chacun). Néanmoins, la plupart des milliardaires suisses dépassent de loin la moyenne helvétique située à 1,5 enfant. Et 48 des 50 habitant les plus riches de Suisse ont des descendants, selon les données officielles. A noter que la plupart des couples fortunés ont engendré deux descendants, suivis par ceux qui en comptent trois, quatre et un seul enfant. Les éventuels enfants conçus secrètement hors du couple ne sont toutefois pas inclus dans ce décompte.

8. Ils sont actifs

Bien avant qu’il n’ait conquis le monde de la bière, Jorge Lemann était un véritable as du tennis. Bernie Ecclestone a, lui, longtemps essayé de devenir un pilote de course de Grand-Prix, avant de bâtir son empire de la Formule 1. Même Owen Jones, l’ex-président du conseil d’administration de L’Oréal, peut se prévaloir d’une deuxième carrière comme pilote de course. De même, Nayla Hayek, la présidente de Swatch Group, et Eva-Maria Bucher-Haefner ont élevé des chevaux durant leur temps libre. De son côté, Jim Ratcliffe, le directeur d’Ineos, prend part à des tours en trekking avec leur moto ainsi qu’à des expéditions sur le cercle polaire.

9. Ce ne sont pas des accros d’informatique

A l’exact opposé de la liste des milliardaires les plus riches aux Etats-Unis, qui se lit comme le qui est qui du secteur des technologies de l’information (IT), les milliardaires de Suisse ont accumulé leur fortune dans des domaines très différents. Ils s’activent dans des domaines aussi variés que la finance, la production alimentaire ou de boissons, le commerce de gros ou de détail, la pharma, les matières premières, l’immobilier, la construction, le sport, les télécommunications ou la chimie. Autre fait intéressant: seuls trois des 50 habitants les plus riches de Suisse sont issus du secteur pharmaceutique. Les activités liées à l’alcool occupent la première place: cinq des 50 individus les plus riches en Suisse ont en effet bâti leur fortune au moyen de la bière, du vin ou d’autres boissons alcoolisées.

En conclusion…

Si vous êtes un immigré blanc, sans lunettes, et motivé à bâtir un empire par vous-même, tout en étant accessoirement adepte d’un sport extrême, vos chances d’accumuler une fortune en milliard augmentent un petit peu d’un point de vue statistique. Le déménagement à Genève peut encore attendre jusqu’à ce que vous ayez gagné votre premier milliard.

Informations complémentaires:
Private Banking en Suisse
Acheter des actions: conseils et informations pour les traders

Au sujet du magazine Moneyland

Le magazine de moneyland.ch vous informe de manière compétente et indépendante à propos de multiples sujets en lien avec la finance et l’argent. En plus des nombreux articles de fonds et interviews avec des experts, vous trouvez aussi de nombreux guides pratiques sur l’argent.