postfinance assurances auto analyse

PostFinance distribue maintenant aussi des assurances auto

PostFinance se lance sur le marché des assurances pour véhicules à moteur. moneyland.ch s’est renseigné auprès de PostFinance et a analysé la nouvelle offre.

PostFinance propose désormais aussi des assurances pour véhicules à moteur. Dans un premier temps, les assurances sont destinées uniquement aux collaborateurs de la Poste et de PostFinance. Plus tard, elles devraient toutefois être ouvertes à toutes les Suissesses et à tous les Suisses.

Aspect intéressant: les assurances auto devraient être disponibles uniquement sous forme numérique à l’avenir également. Manifestement, proposer du conseil en matière d’assurances auto dans les filiales serait trop coûteux et trop exigeant en personnel.

Pourquoi PostFinance propose-t-elle maintenant aussi des assurances auto?

Selon PostFinance, ce nouveau service correspond à sa stratégie visant à obtenir de nouvelles sources de revenus «indépendantes des taux d’intérêt» dans des secteurs d’activité «proches de la banque». PostFinance est donc d’avis que les assurances correspondent à un secteur d’activité proche du domaine bancaire. PostFinance distribue déjà actuellement des assurances-vie en coopération avec AXA.

Les assurances auto sont toutefois moins «proches de la banque» que le domaine des assurances-vie. De ce point de vue, l’entrée de PostFinance sur ce marché surprend.

Est-ce que PostFinance deviendra bientôt un prestataire actif dans la bancassurance?

PostFinance souligne vis-à-vis de moneyland.ch qu’elle est une banque et qu’elle le demeurera. Elle n’exclut toutefois pas une extension de son offre dans l’assurance.

Un coup d’œil aux informations de l’intermédiaire montre que des offres dans l’assurance choses, responsabilité civile et de personnes ne sont pas exclues à l’avenir. Cela inclut en outre également le portefeuille d’assurances voyage et de protection juridique.

Différentes banques et assurances suisses collaborent déjà aujourd’hui. Toutefois, les coopérations de type bancassurance constituaient jusqu’à présent plutôt une activité de niche.

«Avec la numérisation croissante et la concurrence qui s’intensifie, la bancassurance pourrait redevenir un sujet plus important à l’avenir. Dans le secteur bancaire aussi, il faudra compter avec davantage de concurrence d’offres numériques provenant de l’étranger », analyse Benjamin Manz, le directeur de moneyland.ch. Les banques vont également tenter de poursuivre davantage des stratégies dans les domaines «cross- and up-selling» allant au-delà de leur clientèle ordinaire.

Comment se mesurent les assurances auto de PostFinance par rapport à la concurrence?

Les primes ne sont pour l’instant proposées qu’aux collaborateurs de la Poste et de PostFinance. Cela pourrait toutefois encore changer si la société effectue une entrée globale sur le marché. De manière générale, il faudrait s’attendre à des primes relativement meilleur marché.

En Suisse, il existe déjà un certain nombre d’assurances en ligne qui poursuivent une stratégie à prix cassés.

S’agissant des prestations, l’assurance proposée est, en de nombreux points, similaire à celle d’autres assurances auto en Suisse. Le délai de résiliation de trois mois correspond typiquement à la branche (un délai d’un mois, comme le proposent certaines assurances en Suisse, serait préférable).

Un point positif qui mérite d’être relevé est que l’assurance auto renonce à un système de bonus-malus, comme le font par exemple aussi des assurances telles que Dextra et Zurich.

En revanche, les indemnités proposées en cas de dommage total constituent un point négatif – celles-ci figurent parmi les plus mauvaises de toutes les assurances auto proposées.

La condition exigeant que le preneur d’assurance (le conducteur généralement) soit âgé d’au moins 23 ans et qu’il dispose d’un permis de conduire depuis au moins trois ans est aussi plutôt restrictive. On ne souhaite ainsi pas du tout avoir de jeunes conducteurs présentant un risque d’accident plus élevé parmi ses clients.

Est-ce que PostFinance est maintenant aussi une assurance?

Non. PostFinance n’est pas elle-même une société d’assurance mais elle distribue seulement les assurances à la demande de l’entreprise helvétique TONI Digital Insurance Solutions AG. TONI sert à son tour d’intermédiaire pour les assurances du groupe Münchener Rück (Great Lakes Insurance SE, Munich Re) qui dispose d’une filiale suisse à Baar.

Pourquoi PostFinance ne travaille-t-elle pas avec une assurance suisse?

PostFinance répond qu’elle peut fournir des conditions attrayantes grâce à sa collaboration avec le groupe Münchener Rück. Autrement dit, cela signifie que PostFinance parvient à réaliser de meilleures marges grâce à cette collaboration, en comparaison de ce qui aurait été possible avec des offres d’assureurs suisses.

Est-ce que PostFinance va transformer le marché des assurances auto?

PostFinance distribue déjà des assurances-vie d’AXA. Dans le domaine des hypothèques aussi, PostFinance distribue des hypothèques issues de Valiant et de la Münchener Hypothekenbank.

Dans ces domaines d’activité, PostFinance n’obtient dès lors quasiment qu’une indemnité de distribution. Dans tous les domaines pour lesquels PostFinance n’assure qu’un rôle d’intermédiaire, la banque postale n’est, jusqu’à présent, pas réellement parvenue à dynamiser le marché.

«Le marché suisse pour les assurances auto ne va pour l’instant guère être modifié par l’arrivée sur le marché de PostFinance», pronostique Benjamin Manz. Pour vraiment réussir à changer la donne, PostFinance devrait proposer de nouvelles conditions exceptionnelles et investir en même temps d’importantes sommes dans le marketing numérique. Un scénario plutôt improbable.

 

Au sujet de moneyland.ch

moneyland.ch est le service comparatif suisse indépendant pour les banques, les assurances et les télécoms. Sur moneyland.ch, vous trouvez plus de 80 comparatifs et calculateurs neutres, des guides utiles et des actualités. Les outils de comparaison complets vous permettent de trouver les bons prestataires dans les domaines des assurances, des caisses maladie, des comptes bancaires, des cartes, des crédits, des hypothèques, de la bourse en ligne et des télécoms.