billigkassen schweiz

Caisses bon marché en Suisse

Dans le guide Moneyland qui suit, vous apprendrez tout ce qu’il y a d’important à savoir concernant les caisses suisses bon marché.

Du point de vue de la personne économisant des primes, la situation est claire: plus les primes des caisses maladie sont avantageuses, meilleure est la situation financière... Selon la loi, chaque caisse maladie est finalement tenue de proposer la même prestation d’assurance de base suisse.

Puisque les primes de l’assurance de base changent chaque année en automne et que la prestation de l’assurance doit être la même indépendamment du prestataire, le taux de changement est élevé dans le contexte suisse. Les prix occupent le devant de la scène: les Suissesses et les Suisses changent particulièrement souvent de caisses maladies et choisissent respectivement les plus avantageuses pour l’année correspondante.

En effet, moneyland.ch recommande également un comparatif annuel de caisses-maladie. Beaucoup d’argent est finalement mis en jeu. Le comparatif représente une simple affaire, puisque les assurés ne prennent pas en compte l’éventail de prestations dans le cadre de l’assurance obligatoire de soins, contrairement aux assurances complémentaires facultatives.

Les primes peuvent varier selon la franchise, le modèle d’économie, la couverture accident, l’âge et le domicile. Selon le profil personnel et les critères sélectionnés, des caisses-maladie diverses offrent la prestation la plus avantageuse. Des calculateurs complets et indépendants, tel celui de moneyland.ch, prennent en compte toutes les variantes.

Avantage des caisses bon marché

On parle généralement de «caisses bon marché» lorsque les caisses proposent des primes avantageuses pour divers critères et profils de clients dans la plupart des cantons. L’économie de frais, pouvant rapidement s’élever à plus de 1000 francs par personne et par année par rapport aux caisses les plus chères, représente donc aussi l’avantage principal de tels prestataires.

Désavantages des caisses bon marché

Les médecins, les politiciens et les organismes de protection des consommateurs parlent intentionnellement de caisses «bon marché», et non pas par exemple de caisses «avantageuses», pour indiquer les désavantages de ces caisses proposant des primes avantageuses.

Les désavantages suivants des caisses bon marché sont mentionnés particulièrement fréquemment:

  • retards de paiement: les assurances maladie ont régulièrement des retards de paiement dans le processus standard de facturation que l’on nomme «tiers garant». Les caisses particulièrement bon marché sont connues pour leur mauvais comportement de paiement. Cela peut conduire à des difficultés de paiement chez certains patients: parfois, les assurés doivent attendre leurs remboursements de frais par la caisse maladie pendant plusieurs mois, bien qu’ils aient déjà payé la facture du médecin.
  • différences de prestations: la prestation de l’assurance de base obligatoire est la même pour toutes les Suissesses et les Suisses, indépendamment du prestataire. La loi le veut ainsi. Pourtant, comme dans toute loi, des zones d’ombre subsistent au niveau de la loi fédérale sur l’assurance maladie (LAMal). Ces zones d’ombre sont régulièrement interprétées au détriment des patients. C’est le cas par exemple de médicaments non homologués qui ne sont pas officiellement autorisés, par exemple dans le cas de médicaments anti-tumoraux coûteux. Ceux-ci sont pris en charge par certaines assurances, alors que les caisses bon marché refusent fréquemment d’effectuer le paiement dès le début. Ce n’est que lorsque les médecins s’investissent en faveur des patients que certaines caisses lâchent du lest.
  • surcroît d’investissement de la part des médecins: les plaintes s’accumulent de la part des médecins face à la bureaucratie croissante des assurances. Cette situation concerne en particulier les caisses bon marché. Certains médicaments nécessitent une garantie de paiement de la part de la caisse-maladie. La conclusion d’une telle garantie de paiement devrait être en règle générale une affaire purement formelle. Malgré tout, les caisses bon marché compliquent justement le processus et posent constamment les mêmes questions aux médecins.
  • service à la clientèle insuffisant: bien que le service à la clientèle soit également dépendant du gestionnaire de dossier ou du conseiller à la clientèle correspondant, il y a des différences de concept entre les assurances individuelles. Les caisses véritablement bon marché doivent souvent économiser aussi au niveau du service à la clientèle.
  • chasse aux «bons risques»: on reproche souvent aux caisses bon marché d’aller véritablement à la «chasse» aux patients jeunes et en bonne santé, qu’elles convoitent en conséquence. Ces «bons risques» sont particulièrement recherchés par les caisses-maladies, puisqu’ils causent naturellement moins de coûts que les «mauvais risques» âgés ou malades. Par exemple, diverses caisses-maladie convoitent par le biais du marketing en ligne avant tout les personnes jeunes et celles souhaitant une franchise élevée. La réflexion se cachant là-dessous est la suivante: les personnes ayant une franchise élevée sont en moyenne plus en santé que celles qui choisissent une franchise basse.
  • rejet des «mauvais risques»: on reproche plus souvent aux caisses bon marché de ne pas assurer délibérément les personnes âgées et malades que d’autres prestataires. Selon la loi, chaque caisse-maladie a pourtant le devoir de prendre en charge tous les patients dans le cadre de l’assurance de base obligatoire. On entend toujours parler de manœuvres de retardement et de tentatives de refuser les «mauvais risques».

Caisse bon marché – pour ou contre?

D’un point de vue purement financier, la chasse aux primes avantageuses peut en valoir la peine pour les consommateurs. Celui qui est confronté à un tableau clinique spécifique a au contraire meilleur temps de vérifier brièvement la politique de paiement de la caisse maladie avant de signer le contrat.

Assura est la caisse bon marché la plus avantageuse en moyenne en Suisse; c’est aussi valable pour l’année de primes 2016, malgré des augmentions de primes. Assura est cependant mentionnée le plus fréquemment par les médecins comme exemple à ne pas suivre d’une caisse suisse bon marché.

Il est intéressant de mentionner que des filiales proposant des primes plus avantageuses font partie de quelques grandes assurances maladie suisses comme Sanitas ou CSS.

Dans le cas de Sanitas, il s’agit par exemple de Compact. La caisse maladie Arcosana fait partie de CSS. Certains reproches formulés contre les «véritables» caisses bon marché ne s’appliquent pas ici. Le service à la clientèle par exemple n’est pas différent de celui de la maison-mère. La facture est établie également par le même prestataire. Même le logo concorde.

Celui qui est satisfait par sa caisse maladie existante et qui désire continuer de profiter de ses prestations peut cependant envisager un changement au sein même du groupe pour une assurance affiliée plus avantageuse. Des rabais éventuels en combinaison avec une assurance complémentaire sont ainsi maintenus.

Inversement, celui qui désire changer pour une caisse maladie bon marché peut vérifier brièvement si une maison-mère efficace se cache derrière la caisse bon marché.

Au sujet du magazine Moneyland

Le magazine de moneyland.ch vous informe de manière compétente et indépendante à propos de multiples sujets en lien avec la finance et l’argent. En plus des nombreux articles de fonds et interviews avec des experts, vous trouvez aussi de nombreux guides pratiques sur l’argent.