carte de credit supplements pour paiements

Comparatif des suppléments pour paiements par carte de crédit

D’après un sondage de moneyland.ch, les grandes enseignes continuent d’exiger des surtaxes pour les paiements par carte de crédit.

Les surtaxes pour paiement par carte de crédit dans les commerces, sur les sites de vente en ligne et auprès des compagnies aériennes et des voyagistes sont depuis longtemps un sujet d’énervement en Suisse pour les consommatrices et consommateurs.

Avec la décision de la Commission de la concurrence Comco d'abaisser les taxes appelées Interchange Fees à 0,7% au 1er août 2015 et à 0,4% au 1er août 2017, la Confédération a souhaité améliorer les conditions de paiement des consommatrices et consommateurs. La baisse des Interchange Fees devrait soulager les commerçants et par conséquent les consommateurs, l'idée étant que les commerçants renoncent aux suppléments pour paiement par carte de crédit et répercutent les économies éventuelles sur le prix des produits.

Toutefois, ce calcul ne s’est pas vérifié à ce jour et ce pour trois raisons.

Premièrement, une série de grandes enseignes persiste à exiger un supplément pour les paiements par carte de crédit.

Le problème: certes, en tant qu’intermédiaires (acquéreurs) entre les commerçants et les sociétés émettrices de cartes de crédit (issuer), les processeurs de paiement comme SIX ou ADUNO se prononcent en faveur d'une interdiction. Or, en pratique, ils ne peuvent pas contrôler les commerçants qui sont en fin de compte aussi leurs clients, donc une source de revenus.

Deuxièmement, il est très peu probable que les détaillants qui n'exigeaient aucun supplément avant la baisse des Interchange Fees se mettent à répercuter les nouvelles économies de taxes sur le prix des produits.

Et troisièmement, d’après des sondages de moneyland.ch, les sociétés émettrices de cartes de crédit ne cessent d’augmenter les taxes à la charge des clients, et ce au vu notamment de la baisse des Interchange Fees. Cela touche donc indirectement de nouveau les consommatrices et les consommateurs. 

Les plus importants donneurs de licence comme Visa et Mastercard combattent aussi les surtaxes mais pour des motifs qui ne leur sont pas étrangers, naturellement. En effet, il est dans leur intérêt que la majorité des paiements soient effectués par carte de crédit.

Surtaxes pour paiement par carte de crédit

Selon un sondage de moneyland.ch, des sites de vente en ligne, des agences de voyage et des compagnies aériennes de grande importance persistent à prélever de juteux suppléments pour les paiements par carte de crédit:

Brack: pas de supplément
Digitec: pas de supplément
Easyjet: 1%
Ex Libris: pas de supplément
Digitec: pas de supplément
Hotelplan: 20 francs
LeShop: pas de supplément
Media Markt (en ligne): pas de supplément
Melectronics: pas de supplément
Microspot: pas de supplément
Nettoshop: pas de supplément
Ricardo: pas de supplément
Siroop: pas de supplément
SWISS: 6 à 22 francs selon le vol jusqu’au 31 mai 2016. Dès juin 2016: 1.65%, 30 francs au maximum
TUI: 1,5% (Hotels, vacances balnéaires) / 25 francs (appartements de vacances); pas de supplément pour cartes Viseca

Les commerçants invoquent toujours la même raison: les frais des paiements par carte de crédit sont plus élevés que pour les autres modes de paiement, c’est pourquoi il faut les facturer aux clients qui les génèrent. Sans supplément pour carte de crédit, les autres clients «subventionneraient» les clients avec carte de crédit à travers des augmentations de prix.

Le plus souvent, c’est le petit commerçant qui paie

Effectivement, les acquéreurs comme SIX et Aduno ont baissé leurs taxes pour les commerçants. Mais, s’élevant en moyenne à 2% du chiffre d'affaires des petits commerçants, les taxes des cartes de crédit restent étonnamment hautes. En outre, ceux qui tiennent un magasin doivent payer des frais supplémentaires pour le terminal. Globalement, la taxe due par les commerçants aux acquéreurs est bien plus élevée que l’Interchange Fee due aux sociétés émettrices de cartes de crédit.

Vu le volume de leur chiffre d’affaires par rapport à celui des petits commerçants, la taxe des grandes enseignes pour les paiements par carte de crédit est nettement moins élevée que 2%, ce qui, dans leur cas, est difficile à justifier. 

Or les petits commerçants souffrent particulièrement des taxes élevées que continuent de percevoir les acquéreurs. Mais par crainte de perdre des clients, les petites enseignes de vente en ligne renoncent à les répercuter.

Astuce pour petits commerçants: il est possible de négocier les taxes avec l’acquéreur. La règle est la suivante : plus le chiffre d’affaires est élevé, plus la taxe est faible proportionnellement. Dès que le chiffre d’affaires augmente, demandez à renégocier les taxes. En outre, demandez une offre à divers fournisseurs comme SIX, Aduno, ConCardis et B+S Card Service. Les petits acquéreurs offrent souvent les meilleures conditions.

Astuce pour consommatrices et consommateurs: faites votre paiement au commerçant avec un mode de paiement sans supplément, par ex. par virement bancaire. Les paiements avec la carte de débit, comme maestro, peuvent également se révéler plus avantageux. Choisissez en outre pour vos autres achats la carte de crédit la moins chère possible.

Pour plus d'informations:
Comparatif de cartes de crédit
Cartes de crédit: frais de conversion de devises
Cartes de crédit à l’étranger: dans quelle devise payer?
Comparatif suisse d’assurances voyage

Au sujet du magazine Moneyland

Le magazine de moneyland.ch vous informe de manière compétente et indépendante à propos de multiples sujets en lien avec la finance et l’argent. En plus des nombreux articles de fonds et interviews avec des experts, vous trouvez aussi de nombreux guides pratiques sur l’argent.