credit commercial conseils

Crédit commercial: les 9 conseils les plus importants

Consultez les conseils les plus importants autour des crédits commerciaux en Suisse dans le guide suivant de moneyland.ch.

En Suisse aussi, les crédits commerciaux font partie intégrante de la vie économique. moneyland.ch a rassemblé les conseils les plus importants autour des crédits d’entreprise.

1. Comparer les intérêts

Contrairement aux crédits à la consommation pour les particuliers, les crédits d'entreprise ne sont pas soumis à la loi fédérale sur le crédit à la consommation (LCC). La règlementation des crédits commerciaux est donc moins stricte.

De plus, et contrairement aux crédits à la consommation, il n’existe pas de taux d'intérêt maximum définis par la loi. En fonction de la solvabilité et du prestataire, les taux d’intérêt des crédits d'exploitation peuvent donc facilement dépasser les 15% par an. Une comparaison des crédits commerciaux s’avère donc d’autant plus importante.

2. Comparer les frais supplémentaires

Dans le cadre des crédits à la consommation, on applique le soi-disant taux annuel effectif. Le taux d’intérêt d’un crédit à la consommation en Suisse inclut donc la totalité des coûts - il n’y a pas de frais supplémentaires. Ce qui n’est pas le cas pour les crédits commerciaux. Bien souvent, les prestataires exigent des frais supplémentaires pour l’administration ou la gestion du crédit - en Suisse, on parle également de frais de service. En fonction du crédit commercial, les frais peuvent être uniques ou récurrents, sachant qu’ils sont parfois même supérieurs aux frais d’intérêt.

3. Comparer le coût total

Les intérêts et les frais de service peuvent varier en fonction du profil de la société (chiffre d’affaires, bénéfice ou type d’entreprise), de sa solvabilité, du montant du crédit et de sa durée. Certains prestataires de crédit n’exigent que des frais récurrents, d’autres demandent en sus des frais uniques. Mais également la façon dont les intérêts et les autres frais sont calculés peut varier considérablement selon le prestataire. Il convient donc de faire une comparaison exhaustive du coût total, disponible sur moneyland.ch.

4. Amortir le crédit ou non?

Les crédits au comptant selon la LLC sont des crédits à amortissement que vous remboursez pendant la durée du crédit (soit amortir). Dans le domaine des crédits commerciaux aussi, il existe des prestataires offrant des crédits que vous devez amortir. D’autres, en revanche, proposent des crédits sans amortissement. Selon le prestataire, il est possible qu’un seul prestataire vous propose les deux solutions, mais à des conditions différentes. Dans ce cas, il est important de faire une comparaison des coûts pour choisir la solution la plus adaptée à vos besoins et la moins couteuse au niveau des frais.

5. Demander des offres

Le taux d’intérêt et les frais d’un crédit commercial dépendent fortement de la solvabilité de votre entreprise. Le comparatif des crédits commerciaux de moneyland.ch affiche à titre indicatif les taux d’intérêt minimaux et maximaux ainsi que les frais de service. Après une première comparaison, vous devriez demander des offres concrètes. C’est l’unique possibilité de déterminer le coût exact. De plus, votre solvabilité peut être évaluée différemment par les prestataires respectifs.

6. Négocier les frais

Alors que la marge de négociation pour les crédits privés, fortement réglementés, est minime, voire inexistante, les frais et les intérêts des crédits commerciaux peuvent, selon le prestataire, être négociés. Demandez des offres comparatives pour augmenter votre marge de manœuvre. Pour une négociation réussie, il vous faut bien comprendre les principes de base du calcul ainsi que la structure de coût des crédits commerciaux.

7. Envisager d’autres prestataires

En Suisse, il n’y a pas que les banques qui offrent des crédits commerciaux. Depuis peu, on relève sur le marché suisse la présence de quelques prestataires en ligne. Parmi ces-derniers, il y a bon nombre de soi-disant plateformes P2P où les utilisateurs placent leur argent afin de le prêter à d’autres qui nécessitent un crédit d'entreprise. Ces prestataires en ligne s’occupent de la gestion des crédits et évaluent la solvabilité des emprunteurs. Il n’est pas rare qu’un prestataire en ligne accorde un crédit d'entreprise à un emprunteur qui, en raison des directives réglementaires strictes, n’arrive plus à obtenir de crédit auprès d’une banque.

8. Opter pour une durée aussi courte que possible

Ce qui vaut pour les crédits privés, vaut également pour les crédits commerciaux: plus la durée du crédit est courte, mieux vaut. Le coût de nombreux crédits commerciaux augmente proportionnellement à leur durée. Mais ce n’est pas tout. Bien souvent, le coût d’un crédit d’une durée plus longue augmente même par unité de temps, mensuellement par exemple.

9. Attention aux prestataires peu sérieux

Internet est un lieu où grouillent des escrocs aux crédits. La plupart d’entre eux visent les particuliers inexpérimentés. Mais également des entreprises peuvent être victimes de fraudes. Très souvent, les prestataires douteux visent les entreprises qui ne reçoivent plus de crédit commercial ailleurs. En guise de référence, utilisez la liste des banques et prestataires suisses sérieux, mise à votre disposition dans le comparatif des crédits commerciaux sur moneyland.ch.

Informations complémentaires:
Comparatif des crédits commerciaux

Au sujet du magazine Moneyland

Le magazine de moneyland.ch vous informe de manière compétente et indépendante à propos de multiples sujets en lien avec la finance et l’argent. En plus des nombreux articles de fonds et interviews avec des experts, vous trouvez aussi de nombreux guides pratiques sur l’argent.