Louer ou acheter: calculateur

 

Informations intéressantes concernant le calculateur hypothécaire de moneyland.ch sur le thème Louer ou Acheter:

  • Avec le calculateur hypothécaire leader en Suisse de moneyland.ch sur le thème «Louer ou Acheter?», vous pouvez déterminer sans difficulté si louer ou acheter constitue pour vous en l'option la plus favorable.
  • Vous trouverez un aperçu de tous les taux indicatifs pertinents d’hypothèques suisses ici.
  • Vous trouverez ici une vue d’ensemble de tous les calculateurs hypothécaires suisses.
  • Vous pouvez sélectionner librement l'option «Indications optionnelles supplémentaires» pour des indications plus précises. Dans la mesure où vous n'activez pas les «Indications supplémentaires», moneyland.ch utilise des valeurs standards pertinentes en rapport à vos autres données introduites.
  • Le calculateur s'adresse aux personnes physiques, qui désirent habiter elles-mêmes dans leur appartement ou leur maison (dans le cadre d'un achat).
  • Dans le scénario d'une location, on part du principe de manière simplifiée que les fonds propres et les coûts d'acquisition sont investis durant la durée complète d'évaluation au taux d'intérêt de placement et avec les intérêts composés.
  • Dans ce calculateur hypothécaire, la valeur du taux d'avance est supposée correspondre au prix d'achat et la valeur marchande est au minimum aussi élevée que le prix d'achat. Comparez également: principe de la valeur la plus basse.
  • Fonds propres: fonds collectés par l’acheteur lui-même. Les avoirs en compte, les titres, les avances sur héritage ou les fonds provenant du 3e pilier peuvent faire partie des fonds propres. Dans le cas d’une propriété individuelle à usage propre, les fonds issus du 2e pilier sont aussi autorisés, la part de fonds propres ne provenant pas du 2e pilier doit cependant s’élever à 10% au minimum de la valeur du taux d’avance.
  • La capacité financière n'est pas vérifiée.
  • En tant que valeur immobilière à l'issue de la durée d'évaluation, le prix d'achat est accepté en sus d'une plus-value éventuelle selon une saisie optionnelle.
  • Les charges et les coûts d'entretien dans le scénario d'achat se composent des coûts de réparation ou de rénovation ne générant pas de plus-value, des travaux d'environnement, des frais d'exploitation (par exemple chauffage, électricité, eau, maintenance de la maison ou primes d'assurance immobilière), des frais de gestion et des taxes (dans certains cantons, une taxe immobilière est perçue annuellement).
  • Taux d’avance: le taux d'avance peut en général s'élever au maximum à 80% (dans des cas exceptionnels jusqu'à 90%), et uniquement à 66% sans amortissement.
  • Amortissement: l'amortissement a lieu selon des versements linéaires (c'est-à-dire réguliers) à la fin de chaque année pendant la durée d'amortissement. Il est calculé avec un amortissement direct: les versements d'amortissement amortissent l'hypothèque à la fin de chaque année, ce qui diminue l'intérêt hypothécaire d'année en année pendant la durée de l'amortissement.
  • Pour calculer la différence d'impôt entre l'achat et la location, on part du principe que le revenu supplémentaire total ou la baisse de revenu totale sont soumis au taux d'imposition marginal.
  • Une éventuelle différence d'impôt au niveau de l'impôt sur la fortune n'est pas prise en compte.
  • Le calculateur se base sur l'hypothèse qu'aucun impôt foncier n'est prélevé. Un impôt foncier annuel n'est perçu que dans les cantons de TG, GE, SG, TI, VS, JU et dans certaines communes des cantons de BE, FR, GR, VD et AI. Il peut être entièrement intégré aux charges et à la «déduction d'impôts de frais immobiliers».
  • Les coûts sont arrondis à cinq centimes. Des écarts d’arrondi sont possibles.

Au sujet de moneyland.ch

moneyland.ch est le service comparatif suisse indépendant pour les banques, les assurances et les télécoms. Sur moneyland.ch, vous trouvez plus de 80 comparatifs et calculateurs neutres, des guides utiles et des actualités. Les outils de comparaison complets vous permettent de trouver les bons prestataires dans les domaines des assurances, des caisses maladie, des comptes bancaires, des cartes, des crédits, des hypothèques, de la bourse en ligne et des télécoms.