karl ludwig swiss gold safe interview

Swiss Gold Safe: «Il y a une forte demande pour les coffres privés»

Entretien avec Ludwig Karl, porte-parole de Swiss Gold Safe, au sujet des coffres privés.

Swiss Gold Safe propose des coffres privés. Quelle est la différence entre ceux-ci et les compartiments de coffre-fort proposés par les banques?

Depuis la crise financière, on observe une forte demande pour les coffres non affiliés à des banques. Les clients ont perdu beaucoup de confiance dans les banques. De notre côté, nous offrons l’accès à nos dépôts de haute sécurité également en situation de crise.

En cas de faillite bancaire, vous restez certes propriétaire des objets déposés dans des compartiments de coffre-fort auprès de banques. L’accès à ces «safes» peut toutefois vous être refusé. Cela, jusqu’à ce que l’administrateur des faillites vous «permette» d’accéder à votre propriété.

Par ailleurs, nos clients apprécient aussi le fait que nos dépôts soient situés en dehors des centres. Les sites qui abritent les coffres-forts des banques se trouvent, eux, le plus souvent dans des villes.

Pour quelle catégorie de clients, les coffres privés sont-ils particulièrement indiqués?

Les coffres privés s’adressent spécialement aux clients qui possèdent des objets de valeur sous forme physique, comme des métaux précieux ou des billets de banque. Pour ces biens de valeur, avoir accès à un coffre est indiqué même pour de petits montants. Ne se serait-ce qu’en raison du risque de vol, il vaut la peine de réfléchir à un stockage confié à des professionnels.

A quels contrôles les clients de Swiss Gold Safe sont-ils soumis?

Nous avons établi des normes internes exigeantes en matière de devoirs de diligence. Ainsi, nous connaissons tous nos clients et nous avons vérifié leur identité. Il n’est pas possible d’ouvrir des coffres anonymes chez nous.

Du seul fait des mesures de précaution appliquées à nos dépôts de haute sécurité, toutes les personnes qui y ont accès sont d’abord identifiées. Notre réputation est notre capital le plus important.

Les clients doivent-ils déclarer ce qu’ils déposent dans leurs «safes»?

Nous ne dressons pas un inventaire du contenu déposé dans les coffres. Seul le client en connaît la nature.

Ces «safes» sont-ils également mis à disposition des clients domiciliés hors de Suisse?

Oui, les clients qui ont leur domicile en dehors de la Suisse peuvent aussi ouvrir un coffre chez nous.

En tant que prestataire de services de location de coffres, quelles sont les tendances qui vous paraissent actuellement particulièrement significatives dans ce domaine?

Depuis le début de la dernière crise financière, nous observons une forte demande dans ce domaine Les gens sont devenus très sensibles à ce sujet. Ils sont conscients de certains développements, comme les prélèvements effectués sur les comptes bancaires à Chypre, et ils souhaitent protéger leur fortune en conséquence.

Vous proposez aussi une assurance tous risques: que couvre-t-elle et quels sont les coûts d’une telle protection?

Chez nous, il est très facile d’assurer le contenu d’un coffre. Le client déclare le montant qu’il souhaite assurer. Ensuite, nous concluons pour lui l’assurance sur son coffre. Le client ne doit pas nous dévoiler le contenu de celui-ci. Les primes d’assurance – tout comme les frais liés au stockage en coffre-fort – sont publiés sur notre site de manière transparente. Avec les banques, conclure une telle assurance n’est le plus souvent pas possible, ou seulement avec une faible somme de couverture.

Les crypto-monnaies, comme le bitcoin ou l’ether, sont sur toutes les lèvres actuellement. N’y aura-t-il bientôt plus besoin d’avoir des coffres pour garder les métaux précieux et l’argent liquide. Comment réagissez-vous à cette tendance?

C’est tout le contraire! Même dans le cas des crypto-monnaies, la sécurité physique joue aussi un rôle important. On assiste ici à un phénomène complètement nouveau: ce que l’on appelle le «cold storage», ou parfois le «deep cold storage». Il s’agit ici pour des raisons de sécurité de conserver les codes, qui sont nécessaires pour une transaction, sur un support imprimé ou à l’aide d’autres moyens comme un DVD ou une clé-USB. De la sorte, on peut s’assurer que les crypto-monnaies ne puissent pas être volées en cas d’attaques de hackers sur un ordinateur. Depuis peu, nous offrons au demeurant la possibilité à nos clients de payer les tarifs des coffres-forts au moyen de bitcoins et d’ethers.

Pour plus d'informations:
Swiss Gold Safe

Au sujet du magazine Moneyland

Le magazine de moneyland.ch vous informe de manière compétente et indépendante à propos de multiples sujets en lien avec la finance et l’argent. En plus des nombreux articles de fonds et interviews avec des experts, vous trouvez aussi de nombreux guides pratiques sur l’argent.