frais de bourse comparaison suisse

Comparaison des frais de bourse

Quels frais de bourse sont dus dans le cadre du négoce boursier suisse? Découvrez maintenant dans le présent article conseil quels frais boursiers supplémentaires sont facturés dans le cadre du trading suisse.

Les investisseurs suisses font face à une multiplicité de frais lors du négoce de titres: des frais de bourse peuvent encore être facturés en sus des droits de garde, des frais de taux de change, des frais de transaction (courtages) et des redevances étatiques (droits de timbre).

Manque de transparence largement répandu

Vous ne trouverez généralement aucune information concernant les montants des frais de bourse sur les sites Internet des courtiers et des banques suisses, contrairement par exemple aux courtages, qui sont en majeure partie publiés. Ce phénomène peut être d’une part lié à la complexité des frais de bourse: ceux-ci peuvent varier à tout moment selon la place boursière, le type et le volume des titres.

D’autre part, il serait relativement aisé pour les banques suisses de couvrir les frais de bourse par le biais d’une taxe forfaitaire par place boursière ou d’en tenir directement compte dans les courtages.

En réalité, il semble toutefois que de nombreuses banques suisses (comme par exemple la Raiffeisen) ne communiquent même pas les frais de bourse sur demande. Pour cette raison, les frais de bourse ne peuvent pas être pris en compte dans le comparatif de trading de moneyland.ch. Les frais de bourse facturés en sus sont cependant indiqués sur les pages d’information des banques individuelles comparées.

Frais de bourse: refacturés ou non?

Les frais des bourses peuvent varier de façon marquée selon la bourse. En outre, il se peut que la bourse facture des frais d’un montant différent selon la banque. Les banques et les courtiers peuvent ainsi obtenir une réduction de prix par la bourse correspondante dans le cas d’un gros volume de négociation. Dernier point, mais pas le moindre, la refacturation des frais de bourse diffère selon les courtiers et les banques.

La plupart des banques et des courtiers suisses facturent les frais de bourse en plus des frais de transaction (courtages). La Banque Migros, PostFinance, la Banque Coop et la Banque cantonale de Bâle (EasyTrading) indiquent par exemple la refacturation totale des frais de bourse. Dans le cas d’autres banques comme par exemple UBS, il se peut que les frais de bourse soient refacturés de façon simplifiée dans le cadre d’un modèle forfaitaire.

Courtiers sans frais de bourse supplémentaires

Dans le cas de courtiers en ligne individuels suisses, les frais de bourse sont déjà compris dans les courtages – l’investisseur ne doit donc plus payer de frais supplémentaires. Dans le cas des courtiers en ligne tels que Saxo Banque, Strateo et CornèrTrader par exemple, plus aucun frais de bourse supplémentaire n’est facturé.

Dans le cas des courtiers en ligne de la Banque cantonale Vaudoise (TradeDirect), des frais supplémentaires sont facturés uniquement dans le cas de la bourse suisse SIX, mais pas dans le cas de places boursières européennes et américaines. La Banque cantonale d’Argovie (5trade) procède de manière similaire, les coûts étant refacturés dans le cas de la bourse suisse SIX et de la bourse de Berne, mais pas dans celui de bourses européennes et américaines. En revanche, c’est justement le contraire dans le cas du Credit Suisse: contrairement à d’autres places boursières, aucun frais de bourse supplémentaire n’est perçu dans le cas de la SIX.

Comparaison des bourses suisses

La bourse principale suisse SIX demande aux banques participantes et aux courtiers en ligne divers frais, parmi ceux-ci des frais de participation, d’admission et des frais annuels récurrents. Les frais de transaction et les frais «Ad-Valorem» sont avant tout pertinents pour les investisseurs. Ces frais dépendent entre autres du type de titre, du volume et du nombre de transactions.

Les coûts que la banque de dépôt VZ refacture dans le cas de la SIX peuvent servir d’exemple en matière de structure des frais: une taxe d’inscription de 20 centimes majorée d’une taxe de transaction de bourse de 1 franc sont dues par négoce, en plus d’une taxe Ad-Valorem de 0,004% (au minimum 50 centimes, au maximum 55 francs). Les frais de la SIX s’élèvent à 3,20 francs lors de l’achat d’une action d’une contre-valeur de 50’000 francs.

La structure des frais de la bourse de Berne (BX) est un peu plus simple que celle de la SIX. En plus des frais d’autorisation de négoce, la bourse de Berne exige de la part des banques participantes une taxe proportionnelle de 0,01% ainsi qu’une taxe de transaction de bourse («Ticketfee») de 10 francs ou de 5 francs par transaction (pour un «Zweit-Listing-Segment»).

Dans le cas d’une transaction par le biais de la SIX, aucun frais supplémentaire n’est dû dans le cas du Credit Suisse. Les frais de transaction via la bourse de Berne ne sont pas facturés en sus lors de TradeDirect. Les frais des deux bourses suisses sont compris dans les courtages dans le cas de la Saxo Banque, de Strateo et de CornèrTrader.

UBS facture 0,01% forfaitaire aussi bien pour la SIX que pour la bourse de Berne; TradeDirect facture 0,006% dans le cas de la SIX (au minimum 2 francs, au maximum 65 francs).

Bourses européennes

La majorité des banques suisses refacturent les frais de bourses européennes. Dans le cas de certaines rares banques suisses, les frais de bourse sont cependant déjà compris dans les courtages, comme c’est le cas pour Strateo, Saxo Banque, CornèrTrader, TradeDirect (BCV) et 5trade (AKB). UBS refacture une taxe forfaitaire entre 0,01% et 0,7% selon la place boursière pour des transactions qui ont lieu sur des marché boursiers européens.

Les coûts que la banque de dépôt VZ refacture dans le cas de la XETRA peuvent servir d’exemple en matière de structure des frais. D’une part, une taxe de négoce de 0,0048% est perçue (au minimum 0,6 euro, au maximum 18 euros), d’autre part une «Handling Fee» de 0,43 euro est perçue par négoce et troisièmement, une «Cleaning Fee» d’un montant de 0,0015% est perçue (au minimum 0,4 euro, au maximum 5,70 euros). Les frais s’élèvent donc à 3,98 euros lors de l’achat d’une action d’une contre-valeur de 50’000 euros.

Bourses américaines

La plupart des banques suisses refacturent les frais de bourses américaines. Dans le cas de certaines rares banques suisses, les frais de bourse sont déjà compris dans les courtages. En font partie Saxo Banque, Strateo, CornèrTrader, TradeDirect (BCV) et 5trade (AKB). UBS calcule une taxe forfaitaire de 0,002% pour les transactions qui ont lieu sur des marchés boursiers américains.

Les coûts que la banque de dépôt VZ refacture dans le cas de la NASDAQ/AMEX/NYSE peuvent servir d’exemple en matière de structure des frais. Un «SEC Fee» est dû à hauteur de 0,00218% (au minimum 0,01 dollar), facturé uniquement lors de ventes et non pas d’achats de titres. 1,09 dollar américain est donc facturé pour une vente d’une action d’une contre-valeur de 50’000 dollars américains.

Données en temps réel

Des frais supplémentaires peuvent être dus si vous désirez bénéficier de données des bourses en temps réel. CornèrTrader par exemple demande 6 francs forfaitaires par mois pour les données en temps réel facultatives de la bourse suisse SIX; il s’agit de 1 dollar par mois pour les bourses américaines. Dans le cas de Swissquote, un supplément en temps réel de 85 centimes est facturé pour toutes les transactions.

Conclusion

Par rapport aux autres frais de transaction tels que les courtages et les droits de timbre étatiques, les frais de bourse sont négligeables dans le cas de bourses standards. Afin d’éviter des mauvaises surprises, il vaut cependant la peine de s’enquérir au préalable des conditions exactes auprès du prestataire pour le volume souhaité, notamment dans le cas de transactions qui ont lieu sur des marchés boursiers exotiques. Celui qui opte pour la sécurité choisit un courtier en ligne qui ne facture pas de frais de bourse supplémentaires.

Informations complémentaires:
Vers le comparatif de trading
Comparaison suisse des droits de garde

Au sujet du magazine Moneyland

Le magazine de moneyland.ch vous informe de manière compétente et indépendante à propos de multiples sujets en lien avec la finance et l’argent. En plus des nombreux articles de fonds et interviews avec des experts, vous trouvez aussi de nombreux guides pratiques sur l’argent.