conducteurs de voiture suisse conseils

Conducteurs de voiture en Suisse: six conseils pour économiser

Vous en avez assez de gaspiller de l’argent pour votre auto? Découvrez comment vous pouvez réduire les coûts de votre véhicule en lisant les conseils suivants.

Pour beaucoup de gens, la voiture fait partie du quotidien. En Suisse, il y a plus de quatre millions de voitures privées et un demi-million de motos qui sont enregistrés. Beaucoup de personnes vont travailler ou se rendent à leur bureau au moyen de leur auto.

Les coûts d’utilisation et de maintenance d’une voiture sont proportionnellement importants. Des décisions irréfléchies ou précipitées peuvent coûter cher aux conducteurs de voitures. En suivant les conseils de base de moneyland.ch ci-après, vous pourrez éviter des dépenses inutiles et profiter davantage de votre argent.

1. Réduire les coûts d’assurance

Que vous conduisiez beaucoup ou peu, votre assurance auto vous coûtera toujours autant. En Suisse, il est obligatoire de conclure une assurance responsabilité civile automobile. Lors de l’achat d’une nouvelle voiture, contracter une assurance dommage constitue la meilleure protection contre la tôle froissée.

Les assurances représentent l’un des plus grands facteurs de coûts pour un conducteur de voiture. La manière la plus sûre d’économiser de l’argent est d’éviter de payer des assurances non nécessaires. Dans le guide de moneyland.ch consacré aux assurances auto, découvrez les meilleurs tuyaux permettant de réduire vos coûts dans ce domaine.

2. Acheter plutôt que faire du leasing

A première vue, le leasing semble être une solution plus avantageuse que de payer au comptant l’achat d’un véhicule ou d’opter pour un crédit privé. Beaucoup de concessionnaires vantent le leasing comme une alternative simple et bon marché permettant de conduire n’importe quelle automobile. En réalité, recourir au leasing n’offre que peu d’avantages sur le plan financier et revient en fin de compte souvent plus cher que l’achat d’un véhicule. Utilisez notre calculateur de leasing afin de calculer l’ensemble de vos coûts de leasing.

Outre des frais de leasing élevés, ce mode de financement implique souvent aussi d’autres engagements coûteux qui y sont liés. Pour effectuer un service, vous devez ainsi amener la voiture régulièrement à un garage déterminé. Il n’est pas rare que celui-ci exige lui-même des prix excessifs. Apprenez ici davantage sur les inconvénients du leasing en Suisse.

3. Réduire les coûts de l’essence

Si votre voiture ne reste pas au garage la plupart du temps, les coûts du carburant utilisé représentent un poste de dépense particulièrement important. Il n’est certes pas possible d’éviter de payer les coûts de l’essence mais on peut les réduire en tenant compte des conseils suivants les façons de dépenser moins pour l’essence en Suisse.

4. Ne pas payer d’impôt sur la fortune inutile pour l’auto

Dans le calcul de l’impôt sur la fortune, la valeur de votre voiture s’ajoute au montant de votre fortune totale. Par manque de connaissances à ce sujet, beaucoup de conducteurs mentionnent dans leur déclaration de fortune le prix d’acquisition de leur véhicule, parfois même plusieurs années après l’achat. Il en résulte un impôt sur la fortune plus élevé, particulièrement si le prix d’achat était important au départ.

Compte tenu de la perte de valeur annuelle subie par un véhicule, vous avez la possibilité de déduire, année après année, un pourcentage fixe de la valeur du véhicule sur votre fortune imposable.

Selon votre canton de résidence, vous avez même la possibilité de réduire chaque année la valeur de votre véhicule à hauteur de 20 à 40%. Cette déduction vaut généralement chaque année après l’achat d’un véhicule et elle s’appliquera sur le prix à neuf du véhicule. Dans la plupart des cantons, les voitures sont considérées comme n’ayant plus de valeur d’un point de vue fiscal après un certain temps (par exemple, sept ans après la nouvelle acquisition).

5. Faire valoir les possibilités de déduction sur l’impôt sur le revenu

Est-ce vous vous rendez au travail avec votre auto ? Dans ce cas, vous pourrez déduire de votre revenu imposable vos frais de déplacement jusqu’à un maximum de 3000 francs par année. Il est possible de faire valoir cette déduction si vous habitez relativement loin de votre place de travail et si les transports publics ne constituent pas une alternative valable pour vos trajets.

Si vous pouvez démontrer que le prochain arrêt de bus ou la prochaine gare sont trop éloignés de votre lieu d’habitation et/ou de l’endroit de votre travail, ou alors si votre état physique vous empêche d’utiliser les transports publics, vous pouvez faire valoir une déduction fixe pour chaque kilomètre parcouru avec votre auto. De même, si les connexions entre votre lieu d’habitation et celui de votre travail proposées par les transports publics laissent à désirer et si le parcours effectué avec les transports publics nécessite beaucoup plus de temps qu’avec une voiture, il vous sera possible de faire valoir de telles déductions.

6. Sélectionner soigneusement votre véhicule

Le choix du véhicule est le facteur de coût sur lequel vous avez le plus d’emprise lors de l’achat d’une voiture. En plus des différences de prix évidentes entre modèles de voitures, il existe une multitude de facteurs qui peuvent aussi influencer les coûts d’ensemble de votre véhicule.

La cylindrée et le poids du véhicule ont une influence directe sur les taxes sur la circulation routière. Plus le véhicule est grand et lourd, plus les impôts seront élevés. Les primes de l’assurance responsabilité civile augmentent, elles, en fonction de la taille de la cylindrée d’un véhicule, alors que celles d’une assurance casco partielle s’orientent en partie selon la valeur du véhicule.

La consommation d’essence est non seulement déterminante pour les coûts du carburant mais aussi pour les primes d’assurance. Beaucoup d’assureurs proposent aussi des rabais spécifiques pour les autos électriques, les voitures fonctionnant au gaz naturel ou les modèles hybrides ainsi que pour les véhicules à faibles émissions.

A cet égard, il importe aussi d’être attentif à la valeur de revente d’un véhicule. Les modèles peu populaires et les véhicules ayant des couleurs inhabituelles ou ceux qui ont des fonctions de niche perdent rapidement de leur valeur, parfois deux fois plus rapidement que les autres. La perte de valeur compte parmi les facteurs de coûts importants pour le propriétaire d’un véhicule.

Conclusion

Conduire une voiture en Suisse ne doit pas revenir trop cher. Si vous utilisez les nombreuses possibilités d’économie qui existent, il vous sera possible de réduire drastiquement vos dépenses.

Informations complémentaires:
Calculateur de leasing auto
Leasing auto en Suisse

Au sujet du magazine Moneyland

Le magazine de moneyland.ch vous informe de manière compétente et indépendante à propos de multiples sujets en lien avec la finance et l’argent. En plus des nombreux articles de fonds et interviews avec des experts, vous trouvez aussi de nombreux guides pratiques sur l’argent.